Une nouvelle voie express pour réduire le temps d’attente aux urgences

Afin de diminuer le temps d’attente aux urgences, l’Hôpital de La Tour  a ouvert une voie express. La mise en place de cette nouvelle structure est rendue possible grâce au réaménagement complet du service des urgences. La voie express est destinée à la prise en charge des urgences non vitales nécessitant des soins simples et un diagnostic rapide. Elle fonctionne en parallèle de la voie dite « couchée » dédiée aux cas plus lourds. La nouvelle voie express est ouverte tous les jours au moment de grande affluence, de 11h à 19h.

 

La place de l’alimentation et de l’activité physique dans la prise en charge du cancer

Dans le cadre d’une prise en charge globale et pluridisciplinaire, l’Hôpital de La Tour propose aux personnes atteintes du cancer des programmes d’activité physique adaptés et un accompagnement personnalisé sur le plan de l’alimentation.

Cette collaboration indissociable des services de nutrition et de physiothérapie respiratoire favorise les chances de guérison et aide les patients à lutter activement contre les effets secondaires et les complications liés aux traitements de la maladie.

 

Une prise en charge multidisciplinaire et humaine du cancer

Pour les patients atteints du cancer et parfois leurs proches, la fréquentation de lieux médicalisés, les rencontres avec les médecins et les équipes soignantes font partie du quotidien. En outre, cette maladie complexe nécessite souvent l’intervention d’une multitude de spécialistes qui doivent travailler ensemble.

Le service d’oncologie de l’Hôpital de La Tour, placé sous la responsabilité médicale de la Dre med. Angela Pugliesi Rinaldi, offre une prise en charge personnalisée et adaptée aux besoins des patients et de leurs proches. Empathie et écoute sont les priorités du personnel soignant.

 

La Fondue, bonne ou mauvaise pour nos artères ?

Le début de l’automne et l’entrée dans l’hiver coïncident également pour beaucoup avec une adaptation de l’alimentation, notamment le retour des plats chauds souvent plus riches et parfois à base de fromage fondu. Pourtant, pendant longtemps, les graisses laitières ont été discréditées du fait de leur teneur en acides gras saturés. Alors, la fondue, bonne ou mauvaise pour nos artères ? (suite…)

L’accélérateur linéaire

L’Hôpital de La Tour s’est doté d’un accélérateur linéaire Varian EDGE. Il est utilisé dans son service de radio-oncologie. Cet appareil est utilisé pour plus de la moitié des patients. Elle consiste à détruire de manière non invasive les cellules cancéreuses sous l’effet d’un rayonnement de photons ou électrons de haute énergie. Afin de limiter les toxicités, il est important d’épargner au maximum les organes et tissus sains et de cibler précisément la tumeur délimitée en amont par le radio-oncologue sur la base d’une imagerie scanner, IRM ou PET/CT.

Cet équipement de dernière génération est un acteur majeur dans le traitement du cancer.  Il introduit le concept de radiothérapie haute définition et, de par ses fonctionnalités, est en mesure de délivrer une dose concentrée de manière très précise. Ses capacités d’imagerie avancées 2D, 3D et 4D permettent de voir la tumeur avant et pendant l’irradiation pour un meilleur contrôle du positionnement du faisceau de rayonnements. 

Le Dr Breuneval entouré d’une équipe complète de technicien(ne)s et d’assistant(e)s forment ce service installé dans le nouveau bâtiment B2.

 

Le PET/CT digital

L’Hôpital de La Tour est le premier établissement du canton de Genève à se doter d’un PET/CT digital. Il est utilisé dans le service de médecine nucléaire. Cet appareil joue notamment un rôle décisif à tous les stades de la maladie cancéreuse : dès le diagnostic pour détecter des cancers à un stade précoce, durant le traitement afin de vérifier l’efficacité d’un traitement oncologique et après le traitement pour détecter une éventuelle récidive. 

Le Dr Guignard entouré d’une équipe complète de technicien(ne)s et d’assistant(e)s forment ce service installé dans le nouveau bâtiment B2.

Le nouveau bâtiment B2 de l’Hôpital de La Tour entre en fonction dans son intégralité

Fin septembre, l’ouverture des unités de soins, de la salle de réveil et des blocs opératoires du B2 ont achevé la mise en fonction de ce nouveau bâtiment. Le nombre de blocs opératoires est ainsi porté à 8 et l’Hôpital de La Tour bénéficie dorénavant de 64 chambres d’hospitalisation supplémentaires pour ses patients.

Les étapes précédentes ont notamment été  ponctuées par la mise en service du PET-CT, de l’ EOS et du Varian Edge permettant ainsi de proposer un plateau technique complet et de dernière génération.

Médecins, collaborateurs et patients peuvent désormais profiter de cet écrin de technologie et de confort.

 

    

Obésité et style de vie : le point de vue du Prof. Pralong

La progression continue de l’épidémie d’obésité dans le monde représente un enjeu majeur pour les systèmes de santé et pour la société en général. Les coûts de cette maladie en Suisse, estimés par l’OFSP en 2014, se montent à près de huit milliards de francs. Environ 40% de cette somme concerne les coûts indirects. Le peu d’entrain développé par les pouvoirs publics pour tenter de juguler cette progression contraste avec ces chiffres. (suite…)

Un regard sur le développement visuel

Les premières années

De l’ébauche de l’œil durant les premières semaines de vie intra-utérine à l’œil adulte, le système visuel suit un processus de développement d’une extraordinaire précision et complexité orchestré par l’expression des gènes. La vision du nouveau-né est rudimentaire, les détails sont flous, la perception du mouvement incertaine, les couleurs apparaissent peu saturées, le champ visuel est restreint. La vision se développe par son utilisation régulière jusqu’à l’âge de huit ans et atteint sa pleine maturité à l’âge de douze ans. Ainsi, l’expérience visuelle est indispensable au développement d’une vision normale chez l’enfant, ce processus est particulièrement vulnérable avant l’âge de quatre ans.

(suite…)