La maladie obésité, l’expression des changements profonds de style de vie

La progression continue de l’épidémie d’obésité dans le monde représente un enjeu majeur pour les systèmes de santé et pour la société en général. Les coûts de cette maladie en Suisse, estimés par l’OFSP en 2014, se montent à près de huit milliards de francs. Environ 40% de cette somme concerne les coûts indirects. Le peu d’entrain développé par les pouvoirs publics pour tenter de juguler cette progression contraste avec ces chiffres. (suite…)

Un regard sur le développement visuel

Les premières années

De l’ébauche de l’œil durant les premières semaines de vie intra-utérine à l’œil adulte, le système visuel suit un processus de développement d’une extraordinaire précision et complexité orchestré par l’expression des gènes. La vision du nouveau-né est rudimentaire, les détails sont flous, la perception du mouvement incertaine, les couleurs apparaissent peu saturées, le champ visuel est restreint. La vision se développe par son utilisation régulière jusqu’à l’âge de huit ans et atteint sa pleine maturité à l’âge de douze ans. Ainsi, l’expérience visuelle est indispensable au développement d’une vision normale chez l’enfant, ce processus est particulièrement vulnérable avant l’âge de quatre ans.

(suite…)

Tout savoir sur l’insuffisance veineuse chronique des membres inférieurs

 Définition

L’insuffisance veineuse chronique est la conséquence d’une altération du retour veineux au niveau des membres inférieurs. La principale fonction des veines est de retourner le sang vers le cœur. Ce retour est favorisé par l’activité des muscles des mollets ainsi que par les valves qui empêchent le sang de refluer vers les extrémités. (suite…)

L’électroencéphalogramme

L’électroencéphalogramme est un examen  pour enregistrer l’activité électrique du cerveau. Il est utilisé au centre de neurologie de l’Hôpital de La Tour pour évaluer l’état de conscience d’un patient ou compléter un diagnostic d’épilepsie. Il peut notamment être utilisé pour compléter un diagnostic au service des urgences.

Quatre médecins spécialistes, Dr med. Hubertus Mueller, Dre med. Anne-Chantal Héritier BarrasPD Dr med. Judit HorvathProf. Dr med. Roman Sztajzel composent le centre de neurologie de l’Hôpital de La Tour. Le  Prof. Dr med. Roman Sztajzel intervient également à la Clinique de Carouge.

 

Quand le cœur bat irrégulièrement

La fibrillation auriculaire : la forme d’arythmie la plus fréquente

La fibrillation auriculaire est une arythmie, soit un trouble du rythme cardiaque. C’est l’arythmie cardiaque la plus fréquente. Elle se manifeste le plus souvent par des palpitations rapides et irrégulières, une peine à souffler, une fatigue inhabituelle et parfois une impression de malaise. (suite…)

La toxine botulique en neurologie

La toxine botulique, aussi appelée botox, est notamment connue pour son utilisation en esthétique. Elle est également utilisée au centre de neurologie de l’Hôpital de La Tour pour traiter différentes pathologies, comme par exemple une dystonie, une spasticité, un TIC, un tremblement, etc.

Quatre médecins spécialistes, Dr med. Hubertus Mueller, Dre med. Anne-Chantal Héritier BarrasPD Dr med. Judit HorvathProf. Dr med. Roman Sztajzel composent le centre de neurologie de l’Hôpital de La Tour. Le  Prof. Dr med. Roman Sztajzel intervient également à la Clinique de Carouge.

 

La Tour obésité, une prise en charge globale et pluridisciplinaire

Pour répondre à un problème croissant de santé publique, l’Hôpital de La Tour s’est doté d’une nouvelle organisation et de l’infrastructure nécessaire lui permettant de proposer aux patients une prise en charge globale de l’obésité. Il s’agit en effet d’une offre personnalisée, prenant en compte les différentes conditions médicales liées à la maladie et répondant aux besoins spécifiques de chaque patient.

Un endocrinologue, Prof. François Pralong, ainsi que deux chirurgiens spécialisés dans la chirurgie viscérale et générale Dr med. Jean-Marie Megevand et Dr med. Jean-Marc Heinicke proposent une prise en charge multidisciplinaire grâce à la proximité des spécialistes du groupe : psychologues, diététiciens, physiothérapeutes, etc.

 

Il y a toujours plus de cancers cutanés !

Les cancers cutanés se portent bien, et leur nombre n’a cessé d’augmenter ces dernières années.

En Suisse, pour 8 millions d’habitants, on trouve chaque année 2 500 nouveaux mélanomes et 20 000 carcinomes de la peau. A peine croyable, mais on estime que 2 à 3 suisses sur 10 déclareront un cancer de la peau dans leur vie ! Les hommes, qui font moins de prévention, révèlent  plus de maladies graves et de décès dus au mélanome que les femmes. (suite…)